Rénovation énergétique : adoptons le réflexe ITE (isolation par l’extérieur)

Rénovation énergétique : adoptons le réflexe ITE (isolation par l’extérieur)

Depuis le 1er janvier 2017, la loi de transition énergétique impose l’obligation de travaux d’isolation thermique en cas de rénovation importante de la façade ou de la toiture. Fallait-il une obligation pour développer l’Isolation Thermique par l'Extérieur (ITE) ? Car, avec ses avantages, son marché se développe naturellement.
Rénovation énergétique, adoptons le réflexe ITE (Isolation par l'Extérieur)

Nous avons déjà eu l’occasion d’aborder tous les avantages de l’ITE. Outre son efficacité, le confort apporté ou son aspect pratique (très peu de gêne de chantier), elle permet notamment d’aider plus facilement les clients à maîtriser leur budget, grâce aux aides financières comme le crédit d’impôt, les aides des collectivités locales (selon les régions) ou l’ANAH. En outre, l’éco-PTZ ou le crédit d’impôt transition énergétique sont facilement accessibles grâce à la suppression des ponts thermiques qui permet de gagner jusqu’à 3 classes de DPE.


Quand performances riment avec développement durable

L’ITE est d’autant plus intéressante en cas de rénovation complète, car elle contribue à l’embellissement du bâti, tout en l’isolant de façon très efficace. Certains vont jusqu’à affirmer que c’est la solution d’avenir, répondant aux exigences présentes et futures comme la RT 2020. Et, malgré son coût plus élevé que l’isolation thermique par l’intérieur, elle demeure attractive, surtout si on y inclut la diminution des coûts d’entretien de l’enveloppe, en particulier sur le long terme.

Au-delà de tous ses avantages, c’est donc la solution par excellence lorsque performances et développement durable se rejoignent. En effet, il est 10 fois plus avantageux d’investir dans l’isolation thermique par l'extérieur pour économiser une tonne de CO2 que dans les énergies renouvelables. Sans remettre en cause ces dernières, il est clair que l’énergie non consommée revient encore moins chère. Et comme les bâtiments sont responsables de plus de 40 % de la consommation d’énergie française, cela mérite toute notre attention.


Un développement constant de l’ITE

Si l’ITE s’est surtout développée avec les habitations collectives, elle concerne désormais de plus en plus de maisons individuelles. Selon l’étude de la société TBC Générateur d’Innovation, effectuée en 2014, le marché de l’isolation thermique par l'extérieur augmente régulièrement depuis plusieurs années avec notamment un pic de 22 % entre 2011 et 2013. Et, malgré la pause notée en 2015 due à une baisse des mises en chantier de logements neufs, sa progression en rénovation se poursuit.

En effet, outre les obligations de la RT 2012, des solutions simples existent pour les chantiers de rénovation. La plus efficace est l’enveloppe calorifuge : un isolant (plaque ou rouleau) est fixé autour de la façade puis recouvert d’un bardage (bois, enduit, etc.). En fonction de l’isolant utilisé, la déperdition de chaleur sera plus ou moins atténuée (parmi les plus efficaces, on peut citer le polystyrène expansé (PSE), la laine de bois ou la laine de verre).


Rénovation énergétique, adoptons le réflexe ITE (isolation par l’extérieur)


Une nouvelle obligation légale

Et, depuis le 1er janvier 2017, l’ITE a également pris une nouvelle dimension. À l’occasion de travaux de rénovation sur un immeuble, l’isolation thermique est devenue obligatoire (article L111-10 du Code de la construction et de l’habitation, modifié par la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissante verte).

Ces travaux doivent améliorer la performance énergétique du bâtiment et être menés à l’occasion de travaux de rénovation dite « lourde » (ravalement de façades, réfection de toiture ou travaux d’aménagement de locaux en vue de les rendre habitables). En outre, le décret du 17 juin 2016 facilite les choses en rendant possible une dérogation au PLU (plan local d’urbanisme), en matière d’aspect extérieur ou de hauteur d’implantation.

Enfin, un décret suivant a précisé que cette obligation exclut du champ d’application « les façades qui ne sont pas constituées de briques industrielles, de blocs béton industriels ou assimilés, de béton banché ou de bardages métalliques », soit le bâti non traditionnel. Si la rénovation énergétique concerne tous les bâtiments, elle doit donc recourir à des techniques adaptées.

L’ITE a donc de beaux jours devant elle. La preuve de son efficacité n’est plus à faire. Il s’agit maintenant de rendre les chantiers toujours plus faciles et les isolants toujours plus adaptés (notamment en matière de rapport performances/épaisseurs) pour que l’isolation thermique par l’extérieur devienne une évidence et non une obligation, que ce soit en neuf ou en rénovation.


Encore indécis ? Découvrez notre comparatif entre l'ITE et l'Isolation Thermique par l'Intérieur (ITI).

Découvrez également nos solutions dédiées à l'isolation thermique par l'extérieur.


Votre avis

Cet article vous a plu ? Donnez-lui une note !

Besoin d’aide, d’une
documentation ?

iKNAUF

Mon espace Pro

Docs justificatifs supplémentaires, contacts commerciaux, outils dédiés, gestion documentaire (favoris et téléchargement jusqu'à 30 docs en une fois). Inscrivez-vous dès maintenant.

Vous n'avez pas encore de compte iKnauf